Historique sur les Étoiles Juives de Tunisie

Louisa Tounsia née Saadoun
Fritna Darmon, Maurice Attoun, Messaoud Habib, Abramino Berda, Bichi Slama, Chaloum Saada, Leila Sfez, Gaston Bsiri, Mademoiselle Dalila, Cheikh El Afrite, Doukha, Louisa Tounsia, Raoul Journo, Habiba Messika, Youcef Hedjaj et Acher Mizrahi

Un petit échantillon des artistes juifs tunisiens qui ont défini et façonné leur industrie tout au long des soixante-plus années du vingtième siècle. Quelques détails sur Habiba Messika et Acher Mizrahi démontrent la diversité de ces interprètes et leur impact, dont les deux sont rappelés affectueusement à ce jour. Habiba Messika, décrite comme la Tunisienne Sarah Bernhardt par les observateurs dans les années 1920, a enregistré beaucoup jusqu’à sa mort choquante par incendie criminel aux mains d’un amant jaloux (juif) à l’âge trop jeune de vingt-sept ans. Des milliers de Juifs et de Musulmans sont venus pour ses funérailles et des artistes populaires juifs et musulmans (comme Mademoiselle Flifla et Bachir Fahmy) ont écrit des chansons en son honneur. Certains de ces records de 78 tr / min ont même été vendus sur le marché américain sur l’étiquette Victor. Acher Mizrahi est né à l’extérieur de Jérusalem à la fin du XIXe siècle. Un hazzan de métier, il s’installe finalement à Tunis où il devient non seulement le plus célèbre chanteur de la ville mais aussi un personnage majeur de la musique populaire (quelque chose qui semble inimaginable aujourd’hui). Il a écrit des paroles pour Cheikh El Afrite, enregistré sur son propre, et a collaboré avec des gens comme Mademoiselle Dalila et Messaoud Habib. Remarquablement, il est resté en Tunisie peu de temps avant sa mort en 1967.

 El Kahlaoui Tounsi (né en 1932, vers 2000): ElieTouitou, El Kahlaoui était un spectateur étonnant. Il ya une qualité à sa voix, qui ne peut être décrite comme hypnotisant et son travail darbouka est sans p
arallèle. En plus de son étonnante production personnelle et de son travail avec de nombreux grands maghrébins, El Kahlaoui a repris le label Dounia basé à Paris (le nom a été répété plusieurs fois au début du mix) dans les années 1960 et l’a transformé en un des Le premier ministre Maghrebi tenues. C’est grâce à lui et à ses efforts que la majeure partie de la musique nord-africaine des années 1960 et 1970 est préservée.
Maurice Meimoun (né en 1929, d. 1993): Fils du célèbre musicien juif Mouni Jebali (également maître de Hédi Jouini), Meimoun est un violoniste et compositeur accompli – écrit pour de nombreux grands et brillants tunisiens. Le ministère tunisien de la Culture l’a honoré pour son travail peu de temps avant sa mort.
Cheikh El Afrite (née en 1897, vers 1939): Née en Israël Rosio Issirene, son adoption du nom de Cheikh El Afrite rendit hommage à son esprit et fut peut-être aussi un jeu sur le mot ‘ Ivrit , ce qui signifie hébreu en hébreu. Il n’était rien sinon prolifique et il y avait peu il ne chantait pas d’inclure une plainte au sujet d’un mari, qui était malade et fatigué … de sa femme.
Youcef Hedjaj (né en 1919): Le parfois Jose de Suza a écrit plus de 600 chansons dans un mélange de langues. Il a contribué au pionnier du genre francarabe et a tenu la cour au célèbre cabaret El Djazaïr à Paris. Il a écrit les paroles de certains des vrais classiques, y compris Line Monty Ya Oumi et L’Oriental .
Raoul Journo (né en 1911, d. 2001): Simplement, Raoul Journo était parmi les plus grands, sinon les plus grands, de l’histoire de l’enregistrement tunisien. Son répertoire demeure une partie intégrante du tissu musical de son pays à ce jour. Sellemt fik ya biladi est un incroyable hommage à la Tunisie.
Albert Perez (inconnu): J’avoue que je sais peu de Perez autre que celui qu’il a coupé un certain nombre de 45 avec El Kahlaoui sur Dounia. Ya beladi est une ode émotionnelle à sa Tunisie. Si quelqu’un a plus d’informations, s’il vous plaît envoyez mon chemin.
Hana Rached , née en 1933 à Tunis et décédée le 8 août 2003 à New York , chanteuse tunisienne issue d’une grande famille d’artistes vivant dans le quartier tunisois de Lafayette. Sa mère Flifla Chamia est une grande artiste, chanteuse et danseuse, qui avait joué dans le premier film tourné en Tunisie, Le Fou de Kairouan (1937). Dotée d’une belle voix, elle se produit dans les fêtes familiales et réussit difficilement à convaincre sa mère de lui permettre d’intégrer le milieu artistique. Elle fait sa première apparition en public le 26 mai 1951. Mohamed Maghrebi dit d’elle qu’« elle se distingue par la beauté de son timbre et l’émotion de sa voix et surtout la force et la hauteur de ses cordes vocales, des qualités qui lui valent une appréciation unanime
Isaac « Kakino » De Paz (né en 1919, décédé en 1983): Aveuglé à un jeune âge, Kakino de Paz était un musicien talentueux, un vrai virtuose. De Paz était un maître du qanun, du violon, de l’oud, du piano, de l’accordéon, et oui, de l’orgue électrique. Il a joué avec La Rachidia, premier groupe andalou tunisien, et a servi pendant un certain temps comme chef de l’orchestre de Radio Tunis.
Habiba Mesika
Acher Mizrahi
Luisa Tounsia née Saadoun
Ridha B Rzouga

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *