CHRONIQUES JUDEO-TUNISIENNES

Interview de Jaco Halfon créateur du site HARISSA.COM et partenaire de notre association, avec nos félicitations pour le travail colossal qu’il continue à accomplir pour la préservation du patrimoine culturel des Juifs de Tunisie.

« Jaco Halfon : un homme  à la sauce piquante. »

New  York, mars 2001, je décide d’oublier la froideur de cet après midi pluvieux et froid en plein cœur de Manhattan, en tapotant sur mon ordinateur l’adresse qui allait  me ramener vers mes souvenirs ensoleillés de ma Tunisie natale: Harrissa.com.Surfant avec enthousiasme, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir deux superbes et inédites photos de mes parents. Interloquée autant qu’émue, je décide de contacter le webmaster de ce site internet  qui est une véritable foire aux souvenirs pour nous autres juifs de Tunisie disséminés aux quatre coins du monde. Quelques jours plus tard, je discutai au téléphone avec le plus doux, le plus adorable des hommes : Jaco Halfon. Depuis ,alors que nous nous sommes rencontrés qu’une seule et unique fois ,nous correspondons certes avec  irrégularité mais aussi avec cette bonhomie et cette chaleur qui caractérisent le fondateur de ce site extraordinaire qu’est Harrissa.com.Aujourd’hui après tout ce que Jaco Halfon a fait pour les communautés sépharades depuis plus d’une dizaine d’années, nous avons décidé avec mon rédacteur en chef, qu’il était plus que temps de rendre justice et hommage  à cet homme généreux et talentueux en brossant un portrait de lui tout en retraçant son parcours pour le moins atypique..

« Les Tunes aussi ont eu leurs hippies !».

Comme bon nombre de ‘Tunes,’ c’est en 1967 que,  Jaco va quitter cette terre adorée pour Paris et ses universités. Là, il va étudier parallèlement maths –physique –chimie et L’informatique, une science alors toute nouvelle. Ses diplômes d’ingénieur en poche, il décide au début des années soixante dix de découvrir le ‘monde’ avec deux de ses meilleurs amis : Simon Nemni et Freddy Zeitoun.La grande aventure ‘’Woodstockienne’’ débute pour ceux qui vont désormais  passer aux yeux de leurs familles et amis pour les :’’Stooges’’ou encore les hippies ! Ces trois jeunes gens vont alors vivre en toute liberté la vie de bohème de ces années bénies de ‘’Peace and love’’.En fond de toile pourtant, la nostalgie est là. La douleur d’avoir quitté leur Tunis natal aussi. La Tunisie, sa douceur de vivre, ses odeurs et sa joie de vivre, autant de bonheurs qui collent à la peau et imprègnent l’ensemble des faits et gestes de ceux qui ont eu la chance d’y voir le jour. Alors Jaco va faire  de nombreux allers retours entre la France et la Tunisie afin de se retremper aussi souvent qu’il le peut, dans cette ambiance de chaleur, de plages, de belles filles dorées et craquantes à souhait ; un univers auquel il ne renoncerait pour rien au monde. C’est pendant ces courts séjours d’été qu’avec ses deux meilleurs amis, il fait la connaissance des frères Mimoun, auréolés de leurs nouvelles existences en Amérique…Les États Unis….un nom qui sonne et qui raisonne dans la tète des ‘trois pieds nickelés’ avides d’aventures nouvelles. La chose est entendue. Les arguments des frères Mimoun achèvent de convaincre les trois compères, qui en 1972 vont mettre le cap sur New york, avec chacun cent dollar en poche. Le virus américain est pris .Toutefois si un vent de liberté et de créativité souffle fort sur les trois jeunes tunisiens, ils ne resteront que moins de deux ans dans la Big Apple. En 1976, Jaco refait un tour du monde qui s’achèvera  à Paris en 1978 avec l’ouverture d’un restaurant à la mode et très en vue dans le quartier des halles, ‘’La Véranda’’.

’La ville des anges’’.

Aussitôt lancé, aussitôt vendu, l’argent de son restaurant en poche, Jaco Halfon décide au début des années quatre vingt de reconquérir l’Amérique, mais cette fois par sa cote ensoleillée, la Californie, plus précisément Los Angeles. La vie débridée et pailletée des stars du show biz va être le quotidien de Jaco qui va trouver refuge chez son amie Véronique Sanson .A cette époque le futur fondateur de Harrissa.com va se lancer dans l’informatique et la production vidéo et musicale pour MTV. L’amour l’attend aussi au tournant, puisqu’au cours d’une ‘party  à l’américaine’, il va rencontrer celle qui va devenir sa femme et avec laquelle il a élevé deux beaux enfants. De fil en aiguille, Jaco se met à faire ce qui lui tient le plus à cœur : écrire. Il va commencer par deux scenarii qui ont pour décor la Tunisie et la cohorte de ses réminiscences débridées. L’écriture de ces scripts va naturellement conduire notre homme à constituer une véritable banque d’archives avec : photos, films, documents sonores, témoignages, qui parlent tous de cette terre natale qui lui manque tant. Nous sommes dans les années quatre vingt dix, les sites ‘perso’ explosent aux USA, ‘Mister Halfon’ très au fait de cette nouvelle technologie, qui pointe son nez dans le domaine public, comprend l’importance et l’intérêt de consigner toutes ses fabuleuses trouvailles dans un site ‘artisanal’ et d’en faire partager le contenu  à son entourage proche. Si vous-même, cher ami lecteur vous êtes Tune, vous savez évidemment ce que l’expression ‘entourage proche ‘peut recouvrir ! Les amis des amis des amis de la cousine de la sœur du neveu vont donc bientôt découvrir les trésors répertoriés dans ce petit site! Très vite, ce succès grandissant et constant incite Jaco, il n’a même plus le choix d’ailleurs, à développer sont petit projet amical en un véritable outil professionnel ! Ainsi naquit Harrissa.com en 1999.

‘’La métaphore du bonzaï’.

« Sais tu Patricia comment les Japonais entretiennent leurs fameux bonzaïs ? »m’interroge Jaco alors que je l’interviewais. « En coupant régulièrement leurs racines .Au contraire, moi, ces racines, mes liens et mon attachement  avec la Tunisie et les Tunisiens, j’ai décidé de les entretenir avec Harrissa.com, car ce que je pense sincèrement, c’est que nourrir ses racines fait grandir ! ». 

Le travail de mémoire, une responsabilité et un devoir.

« Le site que j’ai lancé, il y a une dizaine d’années maintenant, bien sur rassemble et réunit les gens d’une même communauté éclatée et éparpillée. Évidemment et je n’en suis pas peu fier. Harissa.com sert de sources et de puits aux parents inquiets d’être incapables sans cette ‘’mémothèque’, de transmettre  à leurs enfants, nés loin de la Tunisie, leurs coutumes, leurs traditions, leurs codes, leurs langages, leurs manies etc..mais aussi et surtout avec Harissa et j’ai eu l’occasion de le vérifier, les nouvelles générations d’ Arabes tunisiens ont la preuve irréfutable et matérielle, qu’un jour il y a eu des juifs vivant sur leur sol !Que pendant des dizaines et des dizaines d’années ,leurs ancêtres ont eu des voisins qui n’étaient pas musulmans mais juifs ; qu’ils ne s’appelaient pas Ali ou Bachir mais bien Elie et Jacob et que tout ce petit monde vivait en parfaite connivence si ce n’est en subtile harmonie ! » « Pour toutes ces raisons, malgré tous les obstacles et les difficultés matérielles, j’ai tenu bon ; d’abord pour créer Harissa puis désormais pour  maintenir en vie ce site. Lorsque l’on voit qu’une communauté aussi fascinante que celle des ‘’vrais Sépharades’’, les Ladinos, a pratiquement disparu, parce que personne n’a jamais rien entrepris pour en sauvegarder la mémoire, c’est tout simplement effrayant. Aussi je ressens comme un devoir de garder ‘’vivante ‘’ et active la trace des juifs en Tunisie. Leur passage là bas, tout ce qu’ils ont pu y accomplir est bien trop important pour que l’on prenne le risque de l’oublier un jour à jamais ! ».Depuis plus d’une décennie, Jaco Halfon a accomplit un travail considérable. Il a développé deux autres sites dédiés aux Marocains et aux Algériens : Dafina.com et Zlabia.com. Il a répertorié nos musiques folkloriques dans Mouzika et permet de nous rencontrer et nous aimer  à travers J.Rencontre. Aujourd’hui, le plus Tune d’entre nous mérite bien son titre ‘d’historien populaire de la communauté Juive tunisienne ‘! Son site qui génère plusieurs millions de visites chaque année, est devenu sa vie. Une passion qui lui prend tout son temps. Ailleurs, il eut pu faire fortune ; peu lui importe, car aujourd’hui il se sent heureux et immensément riche de toutes ces rencontres qu’il a lui-même faites ou a provoqué entres les gens .Riche de tous ces témoignages qu’il reçoit par centaines quotidiennement. Avoir réussi à développer ce site de souvenirs intenses d’une terre perdue, tout en soutenant Israël et le judaisme sans jamais aborder la politique, reste la plus grande réussite de cet homme décidément bien talentueux et très persévérant.

Évidement, le soutien financier de notre communauté eut été un plus ! Avec plus de moyens Jaco halfon aurait pu réaliser  un site encore plus sophistiqué et plus complet mais ce webmaster peu commun, balaye cet aspect des choses en cultivant son autre hobby : la cuisine ! Et depuis son appartement californien, devinez ce qu’il a appris à préparer le mieux ? L’harissa bien sur !

 

Patricia Mamou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *